Aserti souffle ses 25 bougie EN

Press
 23/06/2017

Aserti Electronic, installée depuis 2000 au PIBS, s'est imposée comme un des leaders dans sa branche : la maintenance d'équipements électroniques industriels. Elle fêtait, hier, ses 25 ans.

Aserti Electronic a soufflé, hier, ses 25 bougies. Elle organisait à cette occasion une journée portes ouvertes pour ses clients industriels de Bretagne, en présence des représentants des institutions et collectivités locales (Golfe du Morbihan Vannes Agglomération, Vipe...)

Un chiffre d'affaires en progression de 7 % par an

L'entreprise créée en 1992 est l'une des filiales d'Aserti Group, aux côtés de plusieurs autres en région-parisienne, en Allemagne, en Suisse et en Colombie. Avec une hausse du chiffre d'affaires de 7 % par an, elle a connu ces dernières années une progression à faire pâlir d'envie plus d'une entreprise. Aserti Électronic France compte quinze implantations sur l'hexagone spécialisées dans la maintenance d'équipements électroniques industriels. L'entreprise fait de la réparation de modules électroniques sur les chaînes de production dans diverses industries : agroalimentaire, aéronautique, automobile, métallurgie, plasturgie, biens d'équipement, chimie et pharmacie.

« En fait, on répare les cartes électroniques en panne pour tous types de production, tous types de matériels du plus petit au plus gros, de toutes marques et de toutes générations », dit Florence Bertrand, directrice du marketing et commercial (*).

Recrutement permanent sur la France

Le site Vannetais, installé au PIBS depuis 2000, regroupe le siège d'Aserti Électronic France, celui du groupe présidé par Jean-Louis Gaertner, et un centre de services où travaillent des techniciens électroniciens. Il compte 30 salariés. La filiale Aserti Électronic France compte 123 salariés et affiche un chiffre d'affaires de 17 M €. Aserti Group, avec ses 26 centres de services, totalise 280 salariés et réalise 37 M € de chiffres d'affaires. L'entreprise embauche en permanence. D'ici la fin de l'année, cinq ou six techniciens devraient être recrutés sur la France. Cette belle dynamique s'inscrit aussi dans une démarche de développement durable et d'économie circulaire : « on jette moins et on répare beaucoup plus ». (*) Leader français sur son marché avec près de 60.000 interventions par an sur plus de 1.200 marques constructeur.

© Le Télégramme

Pour lire l'article paru dans le Télégramme, cliquer ICI